Méthanisation biogaz

Le procédé de méthanisation constitue un maillon efficace du développement des énergies renouvelables, de la réduction des émissions de gaz à effet de serre et de la stratégie bas carbone de la France.

Comment ça marche ?

La méthanisation permet le traitement de déchets organiques et leur retour au sol, la production de biogaz qui est une énergie renouvelable.

Lorsque les conditions sont réunies, plus de 90% de la matière organique (appelée « substrat ») se transforme en méthane (CH4), principale composante du biogaz, qui peut être valorisé par cogénération (production de chaleur et électricité) ou, après épuration, en biométhane, injecté dans un réseau de gaz naturel, ou utilisé comme carburant pour véhicule (bioGNV).

Les déchets méthanisables sont d’origine très diverse : effluents d’élevage, déchets alimentaires des activités économiques ou des ménages, déchets végétaux, résidus de culture, cultures intermédiaires à vocation énergétique, ou boues de stations d’épuration. Le résidu solide ou liquide de cette transformation est appelé « digestat ».

Au travers des politiques de développement des énergies renouvelables, de gestion des déchets et d’économie circulaire, la France a fait le choix de promouvoir le développement d’une filière majoritairement basée sur le traitement local d’effluents d’élevage, de sous-produits de culture et de biodéchets valorisables, plutôt que sur des cultures dédiées.

Fonctionnement d'un méthaniseur

Fonctionnement d'un méthaniseur

Le biogaz, une énergie renouvelable d’utilisation récente

La Loi transition énergétique pour la croissance verte et la Programmation Pluriannuelle de l’Energie en France fixent des objectifs de développement des énergies renouvelables en substitution d’énergies fossiles. Si le biogaz a d’abord été utilisé pour produire de la chaleur et de l’électricité, c’est désormais dans l’injection dans les réseaux de gaz que se situent les débouchés les plus prometteurs du biogaz : la PPE prévoit une multiplication par 97 des quantités injectées en 2023 par rapport à 2015 !

Programmation Pluriannuelle de l'Énergie issue de la méthanisation en France

  État des lieux 2015 Objectif PPE 2018 Objectif PPE 2023
Électricité
Équivalence en nombre d'unité
100 MWe
300
(moy. 330 kWe)
137 MWe
415
(moy. 330 kWe)
237 à 300 MWe
720 à 910
(moy. 330 kWe)
Chaleur 60 kTep 300 kTep 700 à 900 kTep
Injection
Équivalence en nombre d'unité
82 GWh
18
1.7 TWh
140
(moy. 12GWh)
8 TWh
670
(moy. 12 GWh)

Un potentiel de développement important dans le Grand Est

Le développement de la méthanisation est affiché comme une priorité dans les 3 Schémas Régionaux Climat Air Energie des anciennes régions du Grand Est. Il est dynamique comme le montre le graphique ci-dessous. La production des énergies renouvelables reste un enjeu majeur du prochain Schéma Régional d’Aménagement, de Développement Durable et d’Egalité des Territoires (SRADDET). Le Grand Est est la première région en nombre d’installations de méthanisation.

Nombre de projets aidés méthanisation entre 2000 et 2016
Nombre de projets aidés méthanisation entre 2000 et 2016

Financement des projets

La Région et l’ADEME agissent en partenariat pour accompagner les projets au travers des appels à projets « méthanisation » de l’ADEME et des subventions aux études de faisabilité.

En savoir plus sur le dispositif de soutien à la méthanisation