Adaptation au changement climatique

Les effets du changement climatique sont déjà visibles et vont s’amplifier en fréquence ou en intensité. Intégrer l’adaptation au changement climatique dans les politiques publiques et projets a pour objectif de mieux anticiper ces impacts et de renforcer la résilience des territoires.

En 2050, des pics à 55 degrés dans l'Est et le Nord
En 2050, des pics à 55 degrés dans l'Est et le Nord

La lutte contre le changement climatique s’appuie sur deux volets complémentaires : l’atténuation et l’adaptation.

Sur le volet atténuation, l’objectif est d’agir sur les causes du changement climatique afin d’en limiter les effets : diminution des émissions de gaz à effet de serre (GES), augmentation de la séquestration carbone (dans les sols, prairies, forêts …), transition énergétique...

Sur le volet adaptation, l’objectif est d’agir sur les conséquences du changement climatique afin d’éviter les effets préjudiciables et d’exploiter les effets bénéfiques éventuels.

L’adaptation désigne un processus et le résultat d’un processus de transformation permettant d’anticiper les impacts du changement climatique, de limiter leurs dégâts éventuels en intervenant sur les facteurs qui contrôlent leur ampleur (par exemple, l’urbanisation des zones à risques) et de profiter des opportunités potentielles. Le premier défi de l’adaptation est de passer d’une réponse réactive, sectorielle et au cas par cas, à une logique systémique, proactive, préventive et anticipative.

L'atténuation et l'adaptation pour la lutte contre le changement climatique
L'atténuation et l'adaptation pour la lutte contre le changement climatique

Plusieurs axes sont développés pour renforcer la prise en compte de l’adaptation aux changements climatiques dans les politiques et projets :

Améliorer la connaissance et la sensibilisation des acteurs sur les risques et des impacts du changement climatique à l’échelle régionale et infrarégionale

Différents outils d’observation ont été mis en place pour appuyer les réflexions et stratégies des décideurs locaux en matière d’adaptation (indicateurs, études, retours d’expériences…). Les observatoires thématiques ont intégré un volet adaptation et les coopérations engagées seront renforcées pour affiner cette approche croisée des connaissances et ressources indispensable pour appuyer les stratégies et identifier les leviers d’actions prioritaires.

Développer une approche plus transversale et partenariale des politiques publiques et des projets 

L’adaptation au changement climatique nécessite une approche nouvelle des dispositifs d’accompagnement et projets, encore plus globale, transversale et multipartenariale qu’en matière d’atténuation. 
Dans cet objectif, un groupe régional de « personnes ressources » sur l’adaptation au changement climatique (GRACC) a été mis en place afin de favoriser le partage d’information et d’articuler les dispositifs d’appui aux porteurs de projets. Il rassemble une trentaine de structures partenaires autour des pilotes (Région, ADEME, DREAL) : AtMO Grand Est, Météo France, Agences de l’eau Rhin-Meuse et Seine-Normandie, le CEREMA, la DRAAF, l’ONF, l’Office Français de la Biodiversité (OFB), Institut national de la recherche agronomique (INRAE), Institut national des sciences appliquées de Strasbourg (INSA), l’ARS, des agences d’urbanisme, des DDT, une CCI, la Chambre d’agriculture, FIBOIS

Les travaux se déroulent lors de réunions plénières, d’ateliers ou groupes de travail dont l’animation permet avec une approche décloisonnée des sujets : évolutions climatiques et impacts, panorama des ressources sur l’adaptation en Grand Est (Climability, ORACLE, SESAME, LOTERR, ARTISAN etc.), intégration de l’adaptation dans les démarches territoriales ou les budgets des collectivités (méthodologie I4CE), gestion de la ressource en eau, des forêts, des activités économiques…

Contacts pour plus d’information : christine.peppoloni [at] grandest.fr ; helene.pauly [at] ademe.fr et franck-j.martin [at] developpement-durable.gouv.fr 

Quelques exemples d’actions en faveur de l’adaptation au changement climatique, en lien avec les objectifs et règles du schéma « Grand Est Territoires » - SRADDET : 

  • Réaliser un diagnostic de vulnérabilité, une stratégie et un plan d’actions d’adaptation au changement climatique - Démarche TACCT
  • Développer une « grille de lecture » ou d’évaluation des politiques publiques et des projets intégrer des indicateurs croisés atténuation / adaptation 
  • Aménagement et gestion intégrée des eaux pluviales : accompagner le changement de paradigme dans l’aménagement urbain en considérant l’eau de pluie comme une ressource (infiltration au plus proche de là où elle tombe), et non plus comme un déchet à rejeter au réseau d’assainissement
  • Plans d’Action de Prévention des Inondations : actions de sensibilisation des riverains au risque, soutien aux études préalables et travaux de ralentissement des écoulements, réduction de la vulnérabilité des habitations et des entreprises, et protection rapprochée des zones bâties
  • Soutenir les projets de sécurisation des usages de l’eau et de reconquête des ressources naturelles : diagnostics et actions d’économie d’eau, optimisation d’ouvrages hydrauliques, de recharge de nappe ; restauration des cours d’eau et des milieux aquatiques, préservation de la trame verte et bleue 
  • Soutien aux filières agricoles favorables à la ressource en eau : développement de marchés, investissements dans le stockage, transformation des produits agricoles à bas niveau d'impact sur l'eau
  • Développer les solutions d’adaptations fondées sur la nature (SAFN) : pour lutter contre les îlots de chaleur urbains en préservant et développant la présence de l’eau et de la biodiversité, dans la gestion des forêts et l’agriculture (agroforesterie…)
  • Favoriser une approche globale atténuation/adaptation dans l’aménagement, la construction et la rénovation de logements : prendre en compte l’amplification de la fréquence et de l’intensité des risques naturels (aléas climatiques, confort été/hiver, qualité de l’air, recours aux matériaux biosourcés…)

Quelques notions clés de l’adaptation

Aléa : évènement brutal (choc) ou stress chronique, qui, lorsqu’il se produit, est susceptible  d’entraîner des pertes et dommages ou des bénéfices pour les éléments, entités ou systèmes exposés (enjeux).

Exposition : localisation d’un enjeu dans un espace soumis directement ou indirectement à un aléa.

Vulnérabilité : propension à subir des dommages, à la fois liée à la sensibilité à l’aléa (fragilité biophysique…) et/ou de l’incapacité à faire face et s’adapter. 

Mal-adaptation : (ou risque d’inopérance) désigne des choix et actions de gestion qui augmentent la vulnérabilité au changement climatique au lieu de la réduire. 
La mal-adaptation correspond à : 

  • Une utilisation inefficace de ressources en comparaison à d’autres options 
  • Une erreur de calibrage (mauvaise évaluation de l’ampleur et de la nature du changement) 
  • Un transfert incontrôlé de vulnérabilité (d’un territoire à un autre, d’une période à une autre etc.)

Mesures sans regret : mesures qui s’avéreront bénéfiques indépendamment de l’évolution du climat et de l’ampleur du changement (économie d’énergie, d’eau…).

Aides financières

Aucune aide financière associée à cette thématique.