• Emplois transition énergétique dans le Grand Est

Il y a 3 semaines 6 jours

L’ADEME a récemment publié une étude portant sur les impacts de la transition énergétique en Grand Est sur l’emploi local. Les chiffres sont sans équivoque : 50 000 emplois peuvent être créés !

Le Grand Est est un territoire engagé dans la transition énergétique. Le SRADDET (Schéma Régional d’Aménagement, de Développement Durable et d’Égalité des Territoires) a fixé un cap ambitieux à l’horizon 2050. Pour atteindre ces objectifs, le programme Climaxion, de la Région Grand Est et de l’ADEME, est l’un des fers de lance de la transition énergétique dans le Grand Est.

Récemment, l’ADEME a dévoilé une étude très complète intitulée : « Transition énergétique en Grand Est : quels impacts sur l’emploi local ? ». Cette étude démontre, chiffres à l’appui, qu’une politique volontariste en termes de transition énergétique aura un impact positif sur la création d’emplois.

A l’heure actuelle, 169 000 ETP (Équivalent Temps Plein) sont liés à la transition énergétique dans la région, soit environ 8% de l’ensemble des emplois totaux de la région. Cela vient confirmer l’engagement de nombreux secteurs dans cette démarche responsable.

219 000 ETP liés à la transition énergétique en 2050 ?

Toutefois, d’ici 2050, cet impact pourrait être encore plus significatif. En effet, l’étude de l’ADEME estime que 50 000 emplois pourraient être créés si les orientations définies par le SRADDET étaient suivies. En 2050, 219 000 ETP seraient ainsi liés à la transition énergétique en Grand Est !

Le développement des Energies Renouvelables et de Récupération (Enr&R), portées notamment par le biogaz, engendrerait la création de 20 200 emplois supplémentaires par rapport à 2016 (36 900 emplois en tout). La mise en place des travaux de rénovation énergétique et de développement des réseaux, selon les objectifs du scénario ADEME Grand Est, engendrerait l’emploi de 75 920 ETP locaux en 2050, soit 50 700 ETP supplémentaires par rapport à 2016.

L'atteinte de ces objectifs passe par un véritable engagement des collectivités dans une politique de transition énergétique ambitieuse. Par des investissements concrets pour le développement d'actions de maîtrise de l'énergie et de développement d'énergies renouvelables, elles ont un rôle majeur à jouer sur nos territoires.

A l’inverse, le secteur des transports pourrait perdre 20 400 ETP par rapport à 2016. Un accompagnement des acteurs de ce secteur (mécaniciens, garagistes, pompistes,…) serait judicieux afin de les guider vers la réorientation de leur métier.

Passerelles à construire

Des zooms territoriaux ont également été réalisés. Ils ont permis d’évaluer combien un Plan Climat-Air-Energie Territorial ambitieux, ou un objectif de territoire à énergie positive (TEPOS), peut avoir des répercussions très positives sur l’emploi local. L’animation née localement autour de ces données territoriales, entre les acteurs locaux de la formation, de l’emploi et de la transition énergétique est tout à fait fertile !

Des passerelles sont à construire, des études complémentaires pourraient être menées afin d’identifier l’évolution des métiers, des compétences et des formations, et de mettre en place les actions concourant à anticiper les transitions et accompagner les compétences.

Collectivités, entreprises, particuliers, partenaires institutionnels,… chacun d’entre nous peut contribuer à l’atteinte de ces objectifs !

 

SYNTHÈSE DE L'ÉTUDE