La rénovation énergétique des copropriétés

Copropriété

Il y a 3 semaines 2 jours

La Cellule Economique Régionale de la Construction Grand Est (CERC), Observatoire régional de toute la filière Bâtiment, en partenariat avec le programme Climaxion de la Région Grand Est et de l’ADEME, vient de publier sa synthèse annuelle 2017 pour le Bâtiment Durable. Cette étude portait sur « La rénovation énergétique des logements dans le Grand Est ».

Tous les types de logements ont été analysés : parc privé, logements publics et copropriétés. En copropriétés, près de 500 000 logements sont recensés dans le Grand Est, soit environ 18% du parc de logements de la région. Elles sont concentrées dans les départements les plus urbains et dans les zones les plus denses : l’Eurométropole de Strasbourg, le Grand Nancy, le Grand Reims, Mulhouse Alsace Agglomération et Metz Métropole concentrent 45 % des copropriétés.

En région Grand Est, près de 31 000 copropriétés présentent potentiellement des difficultés en termes de gestion et/ou de bâti. Ces copropriétés (en général de petite taille) sont pour une grande partie d’entre elles peuplées par des ménages aux revenus modestes qui ont des difficultés à payer leurs charges.

Les copropriétés, un enjeu national



L’étude de la CERC Grand Est montre qu’au cours de l’année 2017, 364 logements en copropriétés fragiles ont bénéficié des aides de l’ANAH via le nouveau programme Habiter Mieux en copropriété et 349 logements en copropriétés dégradées ont pu être accompagnés dans un programme de rénovation (OPAH copropriété dégradée ou Plan de sauvegarde).

Depuis 2013, les copropriétés ont été promues au rang d’enjeu national au sein des politiques de l’habitat. La rénovation d’une copropriété présente souvent des difficultés particulières (financières, profil des copropriétaires, juridiques, complexité de fonctionnement et de gestion) et nécessite un accompagnement spécifique. L’État a élaboré en 2015, en partenariat avec l’ANAH, Plan triennal de mobilisation en faveur des copropriétés fragiles et en difficultés. Ce plan a fait l’objet d’une déclinaison régionale pilotée par la DREAL dans l’objectif de fédérer les acteurs de la copropriété afin d’endiguer le phénomène de dégradation rapide (les copropriétés du Grand Est se dégradent deux fois plus vite que la moyenne nationale).

Climaxion propose une Assistance à Maîtrise d’Ouvrage

En 2018, un travail de déclinaison du plan régional a été mis en place au travers d’ateliers de priorisation des actions ou d’échanges autour de thématiques particulières (rôle des collectivités, financement des travaux en copropriétés, connaissance du patrimoine, etc.). Après un an, le travail accompli permet de dresser un bilan très positif de cette mise en œuvre collective. Les acteurs de la copropriété travaillent aujourd’hui main dans la main autour d’une feuille de route commune, comme en témoigne par exemple l’utilisation de l’outil Coach copro par les différents conseillers FAIRE (Faciliter, Accompagner et Informer pour la Rénovation Energétique).

La Région Grand Est et l’ADEME s’engagent également dans la problématique des copropriétés à travers le programme Climaxion qui propose un accompagnement des copropriétés via une Assistance à Maîtrise d’Ouvrage. Cet AMO propose une ingénierie technique, sociale et financière favorisant ainsi l’émergence de projets de rénovation ambitieux. Une aide à l’investissement est également octroyée pour les opérations de rénovation sur l’enveloppe thermique du bâtiment qui respecte un bouquet de travaux BBC-compatibles (solutions techniques de référence). Ainsi, plus de 840 logements en copropriété ont bénéficié d’une aide de la Région en 2018 pour un montant total d’aide de 1 771 000€. Les aides Climaxion sont cumulables avec celles de l’ANAH, dans le respect des conditions en vigueur (→ découvrir les Aides 2018 aux copropriétés).

 

Synthèse globale de la CERC sur la rénovation énergétique des logements dans le Grand Est