EPSYVIN et ACAPPI, deux exemples de démarches EIT intégrant une approche « filière » en Grand Est

Il y a 1 semaine 1 jour

La majorité des démarches d’EIT s’organise autour d’un périmètre géographique défini mais une seconde approche est possible : l’approche filière. Le Grand Est compte 2 démarches de ce type : ACAPPI et EPSYVIN. Ces deux projets sont portés respectivement par deux filières du territoire Champardennais : le Comité Champagne et l’Union des Industries et Métiers de la Métallurgie (UIMM). Un an après le lancement de ces deux démarches du Grand Est, retour sur les actions mises en œuvre et leurs spécificités.



L’UIMM Champagne-Ardenne, via son porteur de projets ACAPPI (Association ChampArdennaise pour la Promotion et la Performance de l’Industrie) mène depuis 2005 des actions collectives dans une logique de développement durable.

Forte de ces méthodes d’animation collectives éprouvées, ACAPPI anime depuis septembre 2017 une démarche d’écologie industrielle et territoriale (EIT) pour la filière métallurgie, regroupant environ 450 entreprises. En effet, l’association a été lauréate en 2017 de l’appel à projets économie circulaire de l’ADEME, l’Agence de l’eau Rhin Meuse et la Région Grand Est.

Dans le cadre de cette démarche, ACAPPI rencontre individuellement et collectivement les entreprises de la filière métallurgie en Champagne-Ardenne afin de massifier leurs flux et ressources et identifier leurs problématiques. Ainsi, 45 visites d’entreprises ont déjà été effectuées, principalement sur les territoires de la Haute-Marne et des Ardennes et 26 groupes de travail ont été organisés.

Les entretiens individuels permettent de structurer le collectif et les informations récoltées font émerger des thèmes de travail, jugés prioritaires pour les entreprises :

  • valorisation des sables de fonderies ;
  • mutualisation de la gestion des déchets dangereux ;
  • mutualisation de prestations logistiques ;
  • échanges de bonnes pratiques sur les enjeux de sécurité et de prévention.

L’avantage d’une démarche portée par une filière est que celle-ci peut traiter de manière collective des problématiques spécifiques à son secteur d’activité afin de leur apporter des solutions de valorisation adaptées. C’est notamment le cas pour les sables de fonderie : ACAPPI a pu identifier plusieurs filières de valorisation, soit en couverture d’alvéoles dans un centre d’enfouissement technique, soit en remblais pour remise en état des carrières.



En complément, et avec le soutien de l’ADEME et de la Région Grand Est, ACAPPI lance un appel à candidatures pour réaliser les études techniques nécessaires à la revalorisation des sables de fonderie :

  • soit en les régénérant dans un objectif de réutilisation en matière première (6 fonderies engagées dans l’étude) ;
  • soit en constituant pour béton (18 fonderies partenaires).


Crédit photo : Photothèque LRPC Angers

Une entreprise récemment installée sur le territoire propose également un procédé organique permettant d’inerter les sables usagés, ouvrant la voie à une valorisation plus large des sables de fonderie. Grâce à ces diverses solutions de valorisation, les fonderies réduisent considérablement le coût de traitement du sable, tout en bénéficiant d’une alternative à l’enfouissement.

 

 

 

 

En 2017, le Comité Interprofessionnel du Vin de Champagne (Comité Champagne) a également été lauréat de l’appel à projets Économie circulaire proposé par l’ADEME, l’Agence de l’eau et la Région Grand Est. En partenariat avec la CCI Grand Est, Épernay Agglo Champagne, la Ville d’Épernay et le Club des Entrepreneurs Champenois, le Comité Champagne déploie une démarche d’EIT sur le bassin sparnacien. Ce projet, dénommé EPSYVIN (Épernay Synergie Vin), a pour but d’être démonstrateur en associant une approche territoriale avec une approche filière. Ainsi, 600 établissements dans 47 communes rurales viticoles de l’agglomération d’Épernay et une vingtaine de zones d’activités sont dans le périmètre d’EPSYVIN.

A ce jour, une réunion de lancement a été organisée au mois d’avril 2018 afin d’acculturer les ressortissants à l’écologie industrielle, de présenter les actions déjà mises en place par la filière et de détailler la méthodologie utilisée pour mener à bien le projet. Fort du lancement d’EPSYVIN qui a réuni 80 participants, le Comité Champagne a organisé un atelier de détection de synergies en juin, rassemblant un panel de 14 entreprises représentatives des étapes du process de fabrication du Champagne. Un total de 159 ressources a été proposé par les acteurs économiques lors de cet atelier !

En parallèle, Solène BOULENGUER, l’animatrice de la démarche, rencontre régulièrement les acteurs économiques afin de compléter la connaissance des ressources à optimiser. L’atelier de détection de synergies et ce système de collecte des flux permettent d’identifier d’autres symbioses potentielles et également d’alimenter l’outil Act’if en y intégrant les flux « orphelins ».

A l’occasion du salon professionnel Viti-Vini qui s’est tenu en octobre dernier, l’équipe d’EPSYVIN a également animé une Bourse aux ressources. Outre la volonté du Comité Champagne d’informer sur EPSYVIN et d’identifier de nouvelles entreprises partenaires, l’idée était d’élargir à de nouvelles ressources, directement sur le salon.

La force d’une approche filière

L’atout majeur de ces démarches filières est leur habitude à travailler pour le collectif et en réseau sur des thématiques ou des problématiques communes. Contrairement à d’autres, ces deux démarches gagnent un temps précieux de mise en réseau et de capitalisation d’une base de données qualifiée des acteurs cibles à mobiliser. En effet, la filière Champagne a également su sensibiliser depuis plusieurs années ses ressortissants en les impliquant dans l’élaboration de son Plan Carbone, réduisant le temps d’acculturation des entreprises de la filière aux enjeux environnementaux. Pour ACAPPI, les méthodes d’animation collectives utilisées dans le cadre des plans de progrès déployés depuis 2012 pour les secteurs forge et fonderie ont contribué au lancement d’une dynamique favorable au développement d’une démarche d’EIT. Un autre point fort relevé au sein du Comité Champagne est leur faculté à toucher et à faire adhérer l’ensemble des acteurs de la filière quelques soit leur capacité de production. Ces deux filières bénéficient de connaissances pointues sur les attentes et besoins de leurs ressortissants. Ceci assure un traitement pragmatique et applicatif des problématiques filières dès le début de la mise en œuvre du projet, comme ce fût le cas pour les sables de fonderies des ressortissants de l’UIMM. Ainsi, l’équipe projet d’EPSYVIN a pu identifier au préalable des groupes de travail thématiques portant sur les ressources à enjeux pour la filière Champagne :

  • les glassines (dorsaux d’étiquettes adhésives) ;
  • le liège ;
  • les capsules et bidules ;
  • la chaleur fatale ;
  • le bois.

Par ailleurs, un autre aspect novateur de ces démarches filières est le caractère transposable des méthodologies et résultats générés à l’issue de ce projet, que ce soit à destination de l’ensemble de l’aire d’appellation Champagne pour le projet EPSYVIN, ou à l’ensemble des ressortissants de l’UIMM en France pour ACAPPI.

 

Pour en savoir plus, n’hésitez pas à contacter les animateurs de ces démarches :

> Pour ACAPPI :

Clément LECOLLE
Chargé de mission Écologie Industrielle & Territoriale
clecolle [at] uimm-ca.fr – 06 42 44 17 11

> Pour ESPYVIN :

Solène BOULENGUER
Chargée d’études écologie industrielle et territoriale
solene.boulenguer [at] civc.fr – 03 26 51 50 90