• Ecologie Industrielle et Territoriale

Il y a 1 mois 2 semaines

Durant l’été, les co-animateurs Grand Est vous ont sollicités afin de connaitre les avancées et évolutions de votre démarche ainsi que vos besoins en matière de communication et formation. L’objectif était également de bénéficier de vos retours en termes de bonnes pratiques et d’écueil à éviter dans l’animation d’une démarche EIT. Tour d’horizon de vos conseils et astuces !

Conseils et astuces sur la communication

La communication en interne et autour de la démarche est l’un des éléments que vous avez mentionné à de nombreuses reprises. En termes de facteurs clé de succès, le message et le vocabulaire doivent être adaptés à chaque cible. En effet, les arguments économiques comme la réduction des coûts, la détection de nouvelles opportunités d’affaire, etc. seront à privilégier auprès des entreprises. De leur côté, les acteurs publics seront plus sensibles aux éléments de langage portant sur le marketing territorial et la résilience des territoires, adaptés au contexte local du territoire. Des exemples d’éléments de langage recensés par les animateurs Grand Est sont disponibles dans le kit de l’animateur (disponible via la communauté Grand EST sur CollECtif) (3.1 éléments de langage)

Autre astuce : la communication et la mobilisation des parties prenantes est une mission à ne pas négliger lorsqu’on est animateurs de démarches d’EIT. De ce fait, la connaissance de la période de suractivité (éviter de les solliciter en période de bilan annuel) est un élément important pour ne pas perdre du temps. En effet, ce temps de communication peut être très chronophage en fonction du contexte local et de la présence ou non de réseaux structurés. Pour ce faire, des outils sont disponibles au sein du kit de l’animateur pour vous guider dans cette tâche : 4.3 modèle adaptable d’invitation, 4.4 bulletins d’inscription, 4.5 questionnaires de satisfaction).

Pour les démarches sur une grande zone d’intervention, l’utilisation des canaux de communication des communautés de communes peut s’avérer efficace pour mobiliser plus spécifiquement.

 

Conseils et astuces auprès des partenaires

 

Un réseau de partenaires engagés est également un facteur clé de succès dans la mobilisation et le dynamisme d’une démarche. Une des bonnes pratiques est de s’appuyer sur leurs réseaux propres comme relai sur la démarche et sur les actions en cours, permettant de réduire le temps passé à la communication par l’animateur (cf. premier paragraphe). Au-delà d’une aide au relais d’information, la prise en compte des besoins et des compétences des partenaires permet une meilleure efficacité dans les actions de la démarche (portage de synergies par des partenaires, appui technique/animation, participation à des groupes de travail).

Un des acteurs plébiscités par plusieurs territoires sont les clubs d’entreprises/dirigeants et les agences de développement économique, chambres consulaires, représentants de filières en local, en contact direct avec les entreprises. Il peut être intéressant de les mobiliser dans la dynamique, soit en tant que parties prenantes de la démarche soit à l’occasion d’actions ponctuelles comme facilitateurs à des ateliers ou co-organisateurs d’évènements.

 

Conseils et astuces sur le dynamisme de la démarche et rencontre des entreprises 

 

Dans le contact direct avec les entreprises, plusieurs démarches mettent l’accent sur la posture à avoir au contact des entreprises. Être à l’écoute et avoir une attitude pragmatique sont deux éléments essentiels lors de la rencontre avec les entreprises. À la suite d’une rencontre de référents d’entreprises lors d’un atelier ou d’un groupe de travail, la planification en aval doit être claire. L’entreprises doit avoir un sentiment de repartir avec du concret de la réunion. Il est crucial de le mesurer via un questionnaire d’évaluation systématiquement à la fin de chaque réunion (un modèle adaptable est disponible dans le document 4.5 du kit de l’animateur). Si cela risque de ne pas être le cas, il est préférable de repousser les échéances (rencontre ou groupe de travail) en prévenant bien en amont de la rencontre s’il y a peu d’avancement par rapport à la rencontre précédente.

De plus, un des écueils à éviter est de rendre l’intégration au projet trop lourde ou contraignante. La présentation de la démarche doit être simple et attrayante (Un bon début est de s’inspirer des fiches adaptables territoire et/ou synergie, 4.1 et 4.2 du kit de l’animateur). Afin de maintenir ce dynamisme au sein de la démarche, il est intéressant de coupler des synergies court terme (type quick win issues d’une rencontre avec le référent sur site) et des synergies plus structurantes (développées en groupe de travail).