Vide-grenier CEIA

En septembre et octobre 2021, 5 entreprises auboises ont ouverts leurs portes à d’autres entreprises du territoire afin de leur proposer des matériels et équipements d’occasion ! Quel retour d’expérience pour le CEIA ?

 

En 2019, une première « Opération deuxième vie » avait été organisée au sein de l’entreprise Actu Plast, à Troyes. « A force de voir des vide-maisons, des vide-greniers et même des vide-chambres, je me suis dit qu’il y avait quelque chose à faire avec les machines qui prennent de la place et ne sont plus utilisées chez nous. J'ai donc organisé le premier vide-greniers d'entreprises avec le CEIA » expliquait Sophie BRIEY, dirigeante de l’entreprise Actuplast. Le principe est simple : organiser sur une journée un vide-grenier au sein d’une ou plusieurs entreprises ayant des matériels d’occasion à vendre.

L’entreprise Actu Plast 

Fort de ce premier succès, qui a permis de vendre plusieurs machines-outils, le CEIA a souhaité réitérer l’initiative à une échelle plus large en mobilisant notamment des réseaux d’entreprises et relais locaux. Ainsi, le CEIA a organisé, en partenariat avec Centre des Jeunes Dirigeants (CJD) de l’Aube et avec le soutient de la CCI Troyes et Aube, la CCI Yonne, la Communauté de communes du Pays d'Othe, l'UPREN et les associations de zones Troyes Sud et des ZI Chapelaines, une opération de vide-greniers d'entreprises sur plusieurs dates.

Partenaires et soutiens de l’initiative 

Le CEIA et ses relais ont alors diffusé un appel à volontaires afin d’identifier des entreprises souhaitant accueillir l’initiative dans leurs locaux. 5 ont répondus à l’appel : Accuride Wheels Troyes, Artemise, Axe Environnement, NT Bois et O'Bobois. Elles ont alors répertorié et transmis à l’équipe du CEIA les matériels dont elles n’avaient pas ou plus l’utilité : stocks de matières premières non utilisées, fins de séries, machines ne servant plus, anciens matériels à la suite d’un changement de ligne de production, etc. la liste est longue !

Le catalogue en ligne, préambule à la journée de vide-grenier

L’ensemble de ces articles ont été listés dans un catalogue en ligne accessible à tous, permettant aux potentiels acheteurs de pré-identifier la typologie des matériels et équipements en vente. Avec plus de 200 articles en ligne, ce catalogue est l'élément central des vide-greniers. Développé en interne par l’équipe du CEIA, ce catalogue a vocation a être mis à jour avec de nouveaux produits et stipule les articles déjà vendus lors des journées de vide-greniers. Par la suite, il est maintenu à jour en ligne durant un minimum d'un an.

Ces articles sont vendus soit en état de fonctionnement, soit neufs, soit à réparer, soit pour pièces, à des prix variants d’un euro symbolique et jusqu’à 15000€. On y retrouve par exemple des systèmes de ventilation, des consommables, cuves, EPI neufs, drônes professionnels, moteurs, pompes, pièces détachées, machines industrielles, vérins, chariot élévateur, outils d'atelier, bureautique, etc.

Tous ces produits de seconde mains sont issus d’entreprises ayant une activité pérenne. Pour l’entreprise Accuride par exemple, qui fabrique des roues de voitures, les articles mis à la vente sont principalement issus d’un ancien atelier qui a fermé il y a 7-8 ans. « A une autre époque Accuride fabriquait aussi des roues pour camions. Cet atelier n’existe plus aujourd’hui mais il nous reste sur les bras un certains nombre de pièces détachées et d’éléments de machines dont on souhaiterait se débarrasser. Il nous paraissait donc intéressant de pouvoir mettre à disposition ces matériels à d’autres acteurs économiques du territoire de l’Aube. » racontre Alexis BECK, responsable des moyens généraux et de l’énergie.

 

Une opération favorable pour les entreprises participantes

Cette opération est un levier pour les entreprises accueillant les vide-greniers et permet notamment de :

  • Valoriser ces machines, fins de séries et autres matériels qui aujourd’hui ne leur apportent pas de valeur ajoutée, voire leur coûte en charges ;
  • Dégager de la trésorerie ;
  • Libérer de l’espace dans leurs locaux ;
  • Mutualiser les temps de ventes et/ou prises de contacts sur une seule journée ;
  • Proposer à leurs équipes un temps convivial et original dans la vie de l'entreprise ;
  • Gagner en visibilité et communiquer autour de leurs activités et leurs produits ;
  • Créer des liens avec d’autres industriels et acteurs économiques locaux ;
  • S'impliquer dans des projets territoriaux et de développement durable.

Les entreprises acheteuses ne sont pas en reste, puisqu’elles bénéficient de produits d’occasion voir neufs à prix très compétitifs et parfois introuvables sur le marché du neuf.

 

Un accompagnement renforcé

Pour que les entreprises puissent valoriser un maximum leurs ressources, le CEIA les accompagne dans la vente de leurs matériels, met à jour le catalogue en ligne, leur met à disposition des contrats-types et bons de commande et gère, avec ses partenaires relais, la diffusion et communication de l’évènement auprès de son réseau. L’équipe du CEIA est également présente sur site à l’occasion des journées de vide-greniers.

Afin de valoriser le temps passé sur ces opérations, le CEIA a mis en place un système de success-fees. Ainsi, dans le cadre d’un contrat préalablement établi avec les entreprises, il récupère 5% du chiffre d’affaire des ventes des entreprises non-adhérentes et 2,5% pour les entreprises adhérentes au Club.

Par ailleurs, le CEIA propose également de former des structures consoeurs à l’organisation de ce type de vide-greniers sur leurs territoires respectifs.

 

Une action à digitaliser

L’intérêt des acteurs économiques pour cette opération inédtie est certain. Les entreprises ont toutes réalisé des ventes dans le cadre de ces vide-greniers. Néanmoins, l’affluence lors des journées portes-ouvertes est limitée. En effet, bons nombre d’acheteurs se sont rapprochés des entreprises et ont conclu la vente en amont des journées de vide-greniers. Le catalogue semble être un support suffisant à la concrétisation des ventes d’articles d’occasion.

Mais force est de constater que ce fonctionnement en version uniquement numérique réduit la logique de création de lien entre les acteurs du territoire. La crise sanitaire et l’augmentation de la dématérialisation n’est certainement pas étrangère a la facilité des dirigeants d’entreprise de se contenter du catalogue, au détriment d’une visite sur site.

L’équipe du CEIA a tiré les leçons de ces premières journées de vide-greniers et organisera cette opération de manière digitale à l’avenir, en s’appuyant uniquement sur la diffusion du catalogue dans ses réseaux. Il sera toujours possible pour les entreprises intéressées de se rendre sur place en prenant rendez-vous avec les sites vendeurs, sans organiser une journée dédiée.

 


Pour toute demande d’information complémentaire, n’hésitez pas à contacter Pierre LEMARCHAND, Chef de projet économie circulaire et EIT au sein du Club d’Écologie Industrielle de l’Aube, pierre.lemarchand [at] ceiaube.fr.

 

Thématiques associées :
Gestion des ressources - Déchets - Économie circulaire