La démarche d’écologie industrielle et territoriale de Florange 

Florange e2i

Il y a 4 semaines 1 jour

Florange Ecologie Industrielle et Insertion (ou Fe2i) est un projet innovant d’écologie industrielle qui se développe en Moselle et Meurthe-et-Moselle Nord depuis 2014. Ce Pôle Territorial de Coopération Economique (PTCE) doit sa particularité tant à la structure porteuse qu'aux filières de recyclage développées. Entretien avec Isabelle CIREDEM, chef de projet Fe2i.


Isabelle CIREDEM

- Comment est née la démarche d’écologie industrielle à Florange ?
- I.C. :
Florange Écologie Industrielle et Insertion (ou Fe2i) a vu le jour à l’initiative de l’entreprise d’insertion VALO’ et de la coopérative de consultants ECOTA Conseil en 2014. Dans un contexte local marqué par la crise sidérurgique et sociale, le projet vise à la fois à redéployer les activités de VALO’ et répondre aux enjeux du territoire (déchets à valoriser, chômeurs longue durée à former, friches industrielles à reconvertir, etc.). Dans ce contexte, le projet a consisté à redéployer un dispositif d’insertion adapté aux personnes du territoire éloignées de l’emploi mais aussi à créer des filières d’écologie industrielle visant à mieux valoriser les déchets.

- Quelle structure avez-vous choisi pour porter la démarche d’EIT ?
- I.C. :
 Lorsque l’on s’est posé la question du modèle adéquat pour porter notre projet, l’association semblait être la structure juridique qui convenait le mieux. A cette époque, l’Etat et la Caisse des dépôts lançaient le premier appel à projet national de développement des Pôles Territoriaux de Coopération Economique (PTCE). Ces pôles, dont l’objectif est de produire du développement territorial et de l’innovation sociale grâce à de la coopération économique, correspondaient à la dynamique que l’on souhaitait porter. Le PTCE est hébergé dans les locaux de l’entreprise VALO’ et nos projets ont été initiés autour de son cœur de métier afin de redéployer ses activités. Aujourd'hui, une centaine d'entreprises sont engagées dans la démarche.

Solutions de gestion des déchets

- Comment avez-vous identifié les besoins en matière de filières de recyclage de votre territoire ?
- I.C. :
En 2014, lorsque la démarche a été lancée, nous avons effectué un diagnostic d'écologie industrielle et territoriale orienté déchets auprès de 46 entreprises représentatives du territoire.  Il ressort de ce diagnostic que certains déchets restent peu valorisés : les papiers, plastiques (pour l’ensemble des entreprises) et les cartons (pour les entreprises de moins de 20 salariés) ; certains déchets spécifiques ne sont pas valorisés tels que les fenêtres qui sont destinées à l’enfouissement. En outre, le coût de collecte des bennes tout-venant est plus coûteux pour les entreprises de moins de 20 salariés car le volume de leur gisement ne permet pas de négocier des tarifs attractifs. En partant de ce constat, des solutions de gestion des déchets ont été développés selon le principe de l’écologie industrielle dans un objectif de réduction des coûts pour les entreprises.

- C’est donc à la suite de ce diagnostic initial que vous avez créé une filière de valorisation des fenêtres en fin de vie ?
- I.C. :
Tout à fait. Nous avons constaté que les fenêtres en fin de vie des chantiers de démolition du territoire finissaient à l’enfouissement sur des sites de stockages. En quelques mois, des partenariats ont été noués avec des fabricants et collectivités pour collecter ces gisements. En parallèle, le savoir-faire des salariés en insertion à VALO’ a été développé pour la déconstruction manuelle des huisseries. Restait à trouver la bonne filière de recyclage pour recycler le verre et les châssis des fenêtres. Pour ce faire, le pôle qui était déjà en contact avec SOVITEC et VEKA Recyclage a conclu un partenariat matérialisé par une charte qui permet de garantir une valorisation de ce déchet à au moins 90%. 


Photo VALO'

- Justement, comment est mise en œuvre concrètement cette synergie ?
- I.C. :
La filière de recyclage des fenêtres en fin de vie a été créée en 2015 en partenariat avec des collectivités, fabricants et poseurs de fenêtres implantés en Meurthe-et-Moselle et Moselle Nord afin de massifier les gisements sur le site de Florange. Le verre issu du démantèlement des fenêtres en fin de vie (verre de très bonne qualité blanc non souillé) est fourni à SOVITEC, à Florange, pour fabriquer des microbilles pour le marquage routier. Les huisseries PVC sont recyclées par l’entreprise VEKA Recyclage, située à Vendeuvre-sur-Barse (Aube), qui a développé un process unique en France permettant de recycler les chutes de PVC en les transformant en granulés réinjectés dans la production de matière. La déconstruction manuelle des fenêtres est un travail artisanal, précis et intensif en main d’œuvre qui est réalisée par des salariés en insertion de VALO’. Aujourd'hui, 200 tonnes de verre et 95 tonnes de PVC issus de fenêtres en fin de vie ont été recyclées. Cette filière a permis de créer trois emplois en insertion.

Trois axes pour 2017-2019


Photo Biolub

- Une filière de valorisation des huiles alimentaires usagées (HAU) a également émergé dans le cadre de votre démarche ?
- I.C. :
En effet, en 2016, à la suite du rachat d’une société de collecte d’HAU par VALO’, des partenariats ont été noués avec l’Université de Lorraine pour reprendre la R&D et développer une gamme de lubrifiants biosourcés et biodégradables. De ce partenariat est née la société BIOLUB SCOP ARL spécialisée dans la fabrication de biolubrifiants non irritants et non allergènes pour des chaînes de tronçonneuses et des engins d'abattage. Les HAU sont collectées et massifiées par VALO' auprès de collectivités, restaurants, déchetterie, etc., situés dans le Grand Est.

- Avez-vous d'autres synergies en cours de développement ?
- I.C. :
Oui, nous avons mis en œuvre une filière de collecte sélective et de recyclage des déchets industriels banals et tertiaires à destination de toutes les entreprises quelle que soit leur taille. Le modèle repose sur le tri à la source des déchets pour optimiser les coûts et mieux valoriser les déchets. Pour aider les entreprises à organiser un tri à la source des déchets conforme à l’obligation 5 flux, Florange e2i met à disposition des entreprises gratuitement l’application CERISE. Cette application développée par Florange e2I en partenariat avec la société SOVITEC permet d’éditer des supports de sensibilisation personnalisables (étiquettes, procédures, templates, etc.). Nous souhaitons également développer la mutualisation d’une flotte de véhicules inter-entreprises en partenariat avec la société OZCAR à partir d’une plateforme d’auto-partage facilitant la mobilité professionnelle.

- Quelle est votre nouvelle feuille de route ?
I.C. : Afin d’approfondir notre démarche et suite à l’obtention des appels à projets « Economie Circulaire » et « Initiatives Territoriales » de la Région et de l’ADEME Grand Est, nous avons défini la stratégie 2017-2019 sur 3 axes. Le premier axe porte sur l'approfondissement de la démarche EIT à travers notamment le développement de nouvelles filières d’économie circulaire, la coopération inter-entreprises et le déploiement de nouvelles solutions pour l’organisation du tri des déchets et la mutualisation de véhicules. Le deuxième axe s'intéresse au développement de pôles d’économie sociale et solidaire (ESS) multi-activités qui touchent la gestion des déchets, le réemploi mais aussi la restauration en circuit court... Et enfin le dernier axe, en cours de recherche de financement, a pour objectif d'accompagner les jeunes issus des quartiers prioritaires (QPV) à créer de nouvelles activités dans l’économie circulaire. Pour renforcer l’équipe et accélérer le développement, nous recrutons actuellement une personne en charge de la communication et de la mise en réseau. »

Propos recueillis par les Animateurs EIT Grand Est

Contact :

  • Isabelle CIREDEM - Chef de projet Fe2i
  • isabelle [at] fe2i.fr

  • 03.82.59.56.66 | 06.63.46.95.34



Projet réalisé avec le soutien de l'Agence de l'eau Rhin Meuse, la Région Grand Est et l'ADEME Grand Est.